Costa Rica

Plage, soleil et farniente sur la péninsule de Nicoya

Au calme, à Montezuma
Après un énième trajet épique, nous voici arrivés à Montezuma ! Depuis Santa Elena, nous avons d’abord pris un bus à 6h du matin pour atteindre Puntarenas vers 9h. De là, nous avons marché une bonne demi-heure pour rejoindre le port et attendu plus d’une heure que le prochain bateau pour Paqueras mette les voiles (enfin les gaz car c’est plutôt un énorme ferry !). Il a ensuite fallu se jeter sur les rares places assises du bus reliant Paqueras à Montezuma. On avait lu que le trajet entre ces 2 points était compliqué à cause de la route, peu praticable. Finalement, on atteint Montezuma assez facilement, en 2 heures.
 
Cela fait plus de 6 heures que nous sommes réveillés et la journée n’est pas terminée ! Il faut encore trouver une auberge !! Le village est petit donc les recherches vont vite : on oublie les hôtels à 85$ la nuit et les auberges un peu cracra… Notre choix se porte sur l’hôtel Aurora, une auberge très sympa située en plein centre.
 
Après avoir déposé les bagages, on part se balader dans le centre. Seulement 3 rues, quelques commerces et restaurants composent cette petite bourgade de 500 habitants. Le temps semble s’y être arrêté : pas de tourisme de masse ni de gros complexes hôteliers. Montezuma semble avoir gardé son authenticité et ce n’est pas pour nous déplaire ! On rejoint Justyne, une voyageuse belge que nous avons rencontrée à Quepos quelques jours plus tôt, pour boire un verre.
Le lendemain, à défaut de pouvoir randonner dans la réserve Cabo Blanco, fermée les lundis et les mardis, on se dirige vers une cascade située à la sortie du village. Improbable mais vrai : elle est gratuite ! Il faut dire qu’il y a peu d’activités gratuites au Costa Rica, alors on est ravis ! C’est en plus un endroit tranquille où peu de touristes vont. En arrivant vers midi, on se retrouve seuls à partir de 14h, le pied ! Et quel bonheur de se baigner dans de l’eau fraîche ! Ça cogne sec sur la côte, alors cette cascade s’apparente un peu au paradis ! Sur le chemin du retour, on croise quelques singes capucins, trop mignons avec leur tête blanche !
 
On profite de la fin d’après-midi pour se poser sur la plage. Comme souvent sur la côte pacifique, les vagues sont assez fortes mais le cadre reste superbe ! Entourés de cocotiers, on regarde les lueurs du soleil couchant en jouant aux cartes. Quoi de mieux ?
🚌 Trajet Santa Elena-Montezuma :
  • Santa Elena-Puntarenas : 3 heures de route dont la moitié sur terre. 1590 colons/personne. ⚠️ Attention ! le dernier bus de Santa Elena part à 6h du matin !
  • Puntarenas-Paqueras : une fois arrivés au terminal de bus de Puntarenas, 2 solutions pour vous rendre au port. Soit prendre un taxi soit y aller à pied (30 minutes). Les liaisons entre Puntarenas et Paqueras ne sont pas si régulières que ça, renseignez-vous sur les horaires. La traversée dure 1h20 et coûte 810 colons/personne.
  • Paqueras-Montezuma : dès l’arrivée du ferry, jetez-vous sur le bus public, les places assises sont chères ! Le trajet dure 2 heures pour 1900 colons/personne.
Bonnes adresses Montezuma :
  • Hôtel « Aurora » : trouvé par hasard en arrivant à Montezuma, cette auberge se révèle être un excellent rapport qualité-prix ! Les chambre sont propres, la cuisine équipée et les parties communes très agréables ! Le tout pour 25$/nuit !
  • Café « Organico » : petit café très sympa donnant sur la rue principale. Certains soirs, il y a de la musique live.
  • Soda « El artisano » : un resto typique tico où l’on peut déguster les spécialités locales à des prix très doux !
Tips Montezuma : 
  • La réserve Cabo Blanco est fermée les lundi et mardi. Attention donc de tomber les bons jours (ce qui n’a pas été notre cas !)
  • Accessible à pied depuis le centre-ville, la cascade de Montezuma est gratuite ! Le chemin n’est pas très bien indiqué mais fiez-vous aux autres touristes !
Entre plages de sable fin et dauphins à Samara 
Après une halte très sympa à Montezuma, nous reprenons la route vers Samara. Et les choses se compliquent avant même qu’on entame le trajet. On apprend qu’il n’y a pas de bus direct entre les 2 villes, l’état de la route imposant une voiture style 4×4. Différentes options s’offrent alors à nous. On nous propose d’abord un shuttle à 45$/personne… arf ce n’est pas vraiment dans le budget ! Autre solution un peu loufoque : repasser par Puntarenas pour prendre le ferry jusqu’à Playa Naranjo (la portion de route posant problème étant celle reliant Paqueras à Playa Naranjo) puis enchaîner 3 bus ! Improbable non ?
 
Bon, après avoir étudié toutes les solutions possibles, on opte pour la plus sensée selon nous : prendre un bus jusqu’à Paqueras puis faire du stop, ou prendre un taxi le cas échéant, pour rejoindre Playa Naranjo. Le taxi étant affiché à 30$, cela nous reviendra toujours moins cher que le shuttle ! Et coup de chance, on trouve un pseudo taxi allant directement à Nicoya ! On lui propose 15 000 colons pour 3 (on est toujours avec Justyne) : marché conclu ! Si vous n’avez pas tout compris, on vous explique tout en détail un peu plus bas ! 😉
 
Après près de 6 heures de trajet, on arrive enfin à Samara ! On a réservé une auberge avec piscine à côté de la plage (on commence à s’habituer à la piscine au Costa Rica ! Il faut dire que ça tape fort dans le coin !) pour 45$ la chambre double.
On se dirige vers la plage pour le coucher du soleil. Les rayons déclinants sur l’eau et les chevaux s’élançant au galop sur le sable rendent l’atmosphère féerique ! Quel accueil !
 
Le lendemain, on découvre tranquillement la ville. Un poil plus développée que Montezuma, la petite Samara a su maîtriser son développement et conservé son authenticité. Le bord de mer, et notamment son immense plage en forme de croissant de lune, a gardé son âme et son bon sens. La majorité des touristes viennent ici pour titiller les vagues de ce spot de surf réputé, aux allures plus familiales que Tamarindo. Bien qu’on ne soit pas adeptes de ce sport, on se sent assez vite à notre aise dans cette bourgade balnéaire offrant d’autres activités comme le farniente ou les excursions en bateau.
 
Sur les conseils d’un groupe de Belges rencontrés à l’auberge (Ben dis donc, que de Belges au Costa Rica !), on se laisse tenter par une excursion bateau pour aller observer les dauphins. Les vidéos sont assez vendeuses et on a bien envie de réitérer l’expérience vécue à Sulawesi lors de notre séjour indonésien ! Le tour comprend 4 heures de navigation incluant un stop snorkelling, des fruits et du thé glacé. Le tout pour 45$/personne.
 
Le RDV est donné à 9h à notre auberge. On vient nous chercher en voiture pour rejoindre la plage Carrillo, à quelques kilomètres au sud. On se rend rapidement compte qu’on sera les seuls touristes du jour. Une aubaine !
Au bout d’une vingtaine de minutes, on atteint un premier spot. Trois groupes de dauphins font des va-et-vient autour du bateau. Il y en a même un qui saute pour nous souhaiter la bienvenue ! Incroyable ! On croise 3 ou 4 autres bateaux mais on est loin du tourisme de masse ! Quelques pêcheurs se sont aussi installés là pour remplir leur filet.
 
Après plus d’une demi-heure à avoir observé les dauphins, les quelques bateaux s’éloignent vers la haute mer.
Notre capitaine nous avertit qu’il n’y a pas de baleine au large aujourd’hui (tuyau filé par un autre bateau) et qu’on va donc rester là pour les dauphins. Dommage, on sait (toujours par le même tuyau) qu’il y a d’autres groupes de dauphins un peu plus loin. Il estime que cela va prendre trop de temps, soit disant 1h15 l’aller. Ce qu’il n’a pas compris c’est qu’on parlait quand même plutôt bien espagnol maintenant et qu’on avait compris ce que son pote lui avait dit au téléphone. Ça n’avait pas l’air si loin et il l’incitait à venir. Mais décidément, notre capitaine en a décidé autrement. On insiste un peu mais en vain. Le ton monte un peu, on décide de lâcher l’affaire.
On se rapproche ensuite du bord de plage pour l’arrêt snorkelling. L’eau est trouble et on ne voit que très peu de poissons… Dommage !
 
On rentre au bout d’à peine 3 heures et cela finit de nous agacer pour la journée. On avait largement le temps d’aller voir l’autre groupe de dauphins ! Bref, on se console en allant poser nos serviettes sur la belle plage Carrillo. Heureusement, les palmiers qui la bordent nous offrent un peu d’ombre. Il fait une chaleur à crever ! Depuis notre petit carré d’ombre, on admire cette immense étendue de sable fin. Boudée par les surfeurs à cause de sa forme en arc de cercle qui la protège des vagues, la plage Carrillo nous offre tranquillité et zenitude !
Après quelques parties de cartes et une salade de pâtes (encore et toujours), nous rentrons sur Samara en stop (la flemme d’attendre le bus) pour notre dernière soirée.
 
Toujours sur les conseils de nos amis Belges, on tente d’aller dîner à la Casa Maxou, un restaurant tenu par un Belge expatrié au Costa Rica. Malheureusement pour nous, il n’est ouvert qu’en journée… On se rabat alors sur la pizzeria d’à côté, excellente ! Comme quoi, c’était un mal pour un bien !
🚌 Trajet Montezuma-Samara : 
  • Option 1 : la plus simple et la plus rapide mais aussi la plus chère : prendre un shuttle qui relie directement les 2 villes à 45$/personne pour 4h30 de trajet
  • Option 2 : la plus insensée et la plus longue : prendre un bus pour Paqueras puis le ferry pour retourner à Puntarenas et retraverser dans l’autre sens jusqu’à Playa Naranjo. De là, enchaîner les bus pour Jicaral puis Nicoya puis Samara. On ne préfère même pas compter le temps de trajet pour cette option mais on atteint facilement les 8 heures !
  • Option 3 : la plus sensée selon nous : prendre un bus pour Paqueras. De là, tenter de faire du stop jusqu’à Playa Naranjo ou négocier un taxi pour 20$ maximum. Il n’y a qu’une heure entre les 2 et ils prétendent que l’état de la route est catastrophique mais c’est faux, il y a simplement des travaux. N’empêche qu’il n’y a pas de bus qui fait ce trajet et que le stop ou le taxi sera votre seule option ! Depuis Playa Naranjo, il faut enchaîner les bus jusqu’à Jicaral, Nicoya et Samara. Si vous avez de la chance comme nous, vous pourrez peut-être trouver quelqu’un qui va jusqu’à Nicoya (oui, parce qu’on va être honnête, il n’y a pas grand chose à faire à Playa Naranjo donc la plupart des voitures iront plus loin). Au final, on s’en sort pour 15$/personne le trajet entier et 6h de route. Plutôt rentable non ?
Bonnes adresses Samara : 
  • « Casa Maxou » : On a malheureusement pas pu y aller car ils sont fermés le soir mais de nombreux voyageurs nous ont vantés leurs glaces faites maison, leurs frites et leur burritos ! Si vous avez l’occasion, courez-y, en journée !
  • « Pizza a la leña » : Après l’échec de Casa Maxou pour le dîner, on s’est rabattu sur ce resto italien, situé juste à côté. Et bien, on n’a pas perdu au change ! Les pizzas sont excellentes et immenses ! La medium suffit pour 2 !
La très festive Tamarindo 
C’est avec regret que nous quittons la tranquille Samara pour Tamarindo la festive. Il faut dire que nous n’avons pas entendu que des très bons échos sur cette ville. Grosse station balnéaire, certains la surnomment « Tama-gringo » tellement elle est touristique. On s’attend donc à une pseudo Cancún sur la côte Pacifique. Eh bien, en arrivant, nous sommes assez surpris ! La rue principale n’est pas bitumée et la ville reste assez petite pour ce que l’on voit. On retrouve effectivement des boutiques « bobo » de déco et de vêtements, quelques bars sur la plage mais rien de si terrible. Alors non, on ne va pas vous dire qu’on se sent à l’aise dans cette ville où tout le monde parle anglais mais on s’attendait à bien pire !
 
Il faut dire aussi que nous n’avions pas vraiment d’attente en venant à Tamarindo. Le but principal était de se rapprocher de la frontière avec le Nicaragua et de passer faire un coucou à ma cousine Agélie qui est venue s’installer ici avec son mari. Ils tiennent une maison d’hôtes très sympa à côté de la plage. Ils nous accueillent comme des rois : chambre privée, salle de bain avec eau chaude (c’est rare au Costa Rica), piscine, petit-déjeuner avec baguette et confiture maison. On ne pouvait pas rêver mieux ! C’est bien sûr aussi l’occasion de faire leur connaissance et d’en apprendre plus sur leur vie d’expatriés ticos. On passe de bons moments avec eux et leur fils Lenzo.
Le reste du temps, on oscille entre la piscine, les beaux couchers de soleil sur la plage et le marché : bref on glandouille !
 
Le dernier soir, on dîne avec Justyne, notre copine belge avec qui nous avons fait un bout de chemin sur la côte pacifique. C’est ici que nos chemins se séparent. Ça a été pour nous une très belle rencontre au Costa Rica !
🚌 Trajet Samara-Tamarindo :
Il n’existe pas de trajet direct sur la cote entre Samara et Tamarindo. On est obligés de repasser par le centre de la péninsule.
  • Samara-Nicoya : Il y a des liaisons toutes les 1h30 entre les 2 villes. Le trajet dure 1h et coûte 2330 colons/personne.
  • Nicoya-Santa Cruz : En arrivant à Nicoya, il faudra changer de terminal de bus (4 cuadras) pour prendre le bus direction Santa Cruz. Le trajet dure 1h et coûte 400 colons/personne.
  • Santa Cruz-Tamarindo : Là encore il y a un petit peu de marche pour changer de terminal de bus. Les liaisons sont fréquentes et durent 1h pour 1175 colons/personne.