jordanie

2 jours à Petra : notre coup de coeur jordanien !

Jour 6 & 7 : Coup de cœur pour Petra, l’une des 7 merveilles du monde 
Ce matin, on se lève avec une boule au ventre. Le site de Petra était fermé hier et on ne sait pas si on va pouvoir le visiter aujourd’hui. De fortes inondations ont frappé la 7eme merveille du monde quelques semaines plus tôt et tous les touristes ont dû être évacués…
On part se renseigner à l’accueil et le concierge nous informe que c’est ouvert ! Ouf !

Après avoir bien petit-déjeuné et profité pour faire les provisions pour notre pique-nique (on ne change pas une équipe qui gagne ! ), on se dirige à pied vers l’entrée du site.
Il existe 2 possibilités pour se loger à Petra : soit à quelques centaines de mètres du site, accessible à pied, soit dans le centre-ville, un peu plus haut, où se concentre la plupart des restaurants, boutiques, banques, etc. Nous avons choisi la première option pour ne pas avoir à prendre la voiture ou payer un taxi. 

À l’entrée, on s’acquitte de notre droit d’accès (merci les Jordan Pass !) auquel on ajoute un petit billet (50 JOD, soit 63€ pour 3) pour payer le guide français qui nous accompagnera pour cette première journée de visite. On n’a pas envie de passer à côté de l’histoire et des anecdotes de la merveilleuse Petra !

Le Siq
On se dirige vers le Siq, ce couloir étroit, long de 1,2 kilomètre, dont les parois abruptes s’élèvent jusqu’à 200 mètres ! On est impressionnés par la hauteur et les couleurs de la roche. C’est la première merveille du site. Notre guide en profite pour nous livrer les prémices de ce passé majestueux.

Minute culture :
Cité fondée par les Nabatéens au 1er siècle avant JC, Pétra a d’abord prospéré grâce au commerce de la myrrhe, de l’encens et des épices avant d’être abandonnée au IIe siècle après JC suite à des tremblements de terre et au détournement des routes commerciales plongeant la cité dans une asphyxie économique.
Comme beaucoup de sites en Jordanie, Pétra ne fut redécouverte qu’au début du XIXe siècle par des explorateurs européens.
 
Cet immense canyon, devenu voie d’accès de la ville, nous emmène au Khazneh, le Trésor de Pétra. L’excitation monte. À chaque ondulation de parcours, on pense le voir apparaître. C’est palpitant, stressant et magique à la fois ! Un peu comme s’il fallait pouvoir conserver LA fois en mémoire pour toute une vie. Ne pas manquer LE tournant décisif. Poser correctement ses yeux pour la première fois sur l’emblème de Pétra, l’image que l’on a vu tant de fois dans les magazines de voyage.
 « Rien de ce qui a été écrit sur Pétra ne prépare vraiment à la beauté de ce site étonnant. »
Le Khazneh 
Puis, le voilà qui se laisse découvrir, à moitié dans l’ombre (la meilleure vue étant en fin de matinée quand il est totalement éclairé).
On a vu les photos mille fois mais ce que l’on ressent quand on est devant, c’est indescriptible, indicible. Comme la plupart des touristes venus l’admirer, on tente de raccrocher nos mâchoires devant tant de beauté architecturale.

Haut de 43 mètres (l’équivalent d’un immeuble d’une dizaine d’étages), taillé dans le roc, le Khazneh, signifiant « Trésor », est un mélange de styles architecturaux. On retrouve les influences grecques, romaines ou encore égyptiennes.
Véritable visage de Petra, il reste encore un mystère pour les historiens. Des éléments architecturaux plaideraient pour un mausolée royal mais le manque de traces écrites de la période ne permet pas d’en être sûr.

Son nom de Trésor tient au fait qu’il était censé contenir le trésor du pharaon, dans l’urne qui le couronne. Un mystère de plus ?
On voit d’ailleurs encore les impacts de balles dans l’urne, tentative ratée des Bédouins pour s’emparer du trésor.
On continue la visite, même s’il est difficile de détacher nos yeux de ce qui se tient fièrement devant nous. On poursuit avec l’amphithéâtre et des anciens tombeaux. Sur le chemin, on passe devant de nombreuses échoppes de souvenirs, on croise ânes et dromadaires. La plupart sont utilisés pour se déplacer dans l’immense site. Notre guide connaît bien les lieux et nous fait passer par des chemins peu empruntés par les touristes. Être seuls à Pétra, c’est possible ! On ne regrette pas notre choix d’avoir pris un guide ! Au-delà de toutes les explications données, il connaît les trucs et astuces du site ! Prendre une photo en contrebas du Khazneh et n’avoir aucun touriste dessus alors que c’est noir de monde, emprunter des chemins isolés, repérer des grottes aux pierres colorées. Bref, on en prend plein les yeux grâce à lui !
Le Monastère 
Après près de 4 heures de visite, nous laissons notre guide sur les marches d’un ancien temple et nous en profitons pour casser la croûte. Aussi incroyable que cela puisse paraître, à Pétra il n’est pas interdit de s’asseoir sur les pierres ou de les toucher !

C’est le ventre plein que l’on se dirige vers le Monastère, l’un des monuments les plus éloignés de l’entrée du site. Plus de 800 marches inégales taillées dans la roche doivent être franchies pour y arriver. Le soleil frappe fort et des pauses s’imposent. Perché dans les montagnes, il se mérite. Après une bonne heure de grimpette, nous voici arrivés… enfin pas tout à fait !
On décide de monter encore plus haut pour atteindre un point de vue et admirer le Monastère dans toute sa splendeur. D’ici, les lueurs déclinantes du soleil donnent une atmosphère magique au lieu.

Avec ses 45 mètres de large et 50 mètres de haut, El Dheir, le Monastère, semble encore plus imposant que le Khazneh. Sa taille, son emplacement insolite en haut de la montagne, tout contribue à renforcer cette impression.

Le retour jusqu’au Khazneh met environ 50 minutes mais lorsqu’on y parvient, il n’y a plus aucun touristes ! Seuls 2 dromadaires sont assis et donnent l’impression de poser pour la photo mythique du Trésor ! Une aubaine ! On profite de la tranquillité des lieux pour apprécier davantage ce petit bijou architectural !
Les tombeaux royaux 
Le lendemain, pour notre 2ème journée de visite à Pétra, on se lève encore aux aurores pour pouvoir profiter pleinement du site.
Nous commençons par les tombeaux royaux, permettant d’accéder ensuite à la vue du haut du Khazneh. Plusieurs tombes se succèdent : « le Tombeau de l’Urne », construit sur des voûtes en pierre, « le Tombeau corinthien » ressemblant au Trésor mais bien plus endommagé par l’érosion, et enfin « la Tombe Palais », plus imposant encore malgré sa partie supérieure endommagée. Gravés dans la roche, les édifices sont impressionnants : hauteur, couleur, architecture. La magie de Petra ne s’arrête pas et on adore !

Le Khazneh vu d’en haut
Le chemin depuis les tombes royales est quelques peu escarpé mais se fait bien. Nous mettons 45 minutes pour atteindre une première tente bédouine. La vue est superbe, on décide de s’arrêter pour prendre un thé et discuter avec les locaux. Un bon moment passé avec eux !

Il nous reste à peine 15 minutes de marche (en descente cette fois) pour atteindre le graal. Cette vue magique que l’on a tant de fois envié sur Instagram !
On y arrive. Une 2ème tente bédouine dans laquelle on est obligé de consommer pour pouvoir profiter du panorama… Heureusement les prix ne sont pas prohibitifs mais la démarche ne nous plait pas ! Bon, maintenant qu’on y est, autant profiter au maximum. Certains touristes ont l’air d’être installés depuis un petit moment, comme attablés à la terrasse d’un café. Et quelle plus belle vue que celle du Trésor de Petra ?
On s’installe à notre tour, muni de notre thé à la menthe. Les jambes dans le vide, on bombarde le décor à grands coups de clichés, le sourire figé. Quel bonheur d’être là ! On prend le temps de prendre le temps, de se fabriquer des souvenirs, d’intégrer cette façade dans nos esprits et dans nos cœurs.
Un moment unique. Un moment que l’on oubliera pas.

Du monde commence à arriver, on décide de retourner sur nos pas et pique-niquer un peu plus loin, tout en gardant cette vue à couper le souffle. On prolonge ce petit bonheur le temps d’un déjeuner. Profiter d’un tête-à-tête avec le Khazneh, on ne l’imaginait pas ! C’est inoubliable !
Le haut lieu des sacrifices 
De retour au centre, on repasse devant le théâtre, puis on reprend de l’autre côté du site. L’objectif : le haut lieu des sacrifices.
Encore une montée à s’en faire des mollets de béton ! Ma maman préfère rester en bas et profiter sagement du site le temps de notre expédition. On accélère le pas pour être à l’heure de RDV. En une heure, on atteint le sommet. Sur la route, on passe devant de belles façades d’anciens tombeaux. D’en haut, la vue sur Pétra est spectaculaire. Encore une fois, rapidement, on se sent loin des foules. Peu de monde gravit ces marches. On profite du silence des lieux pour admirer le panorama. D’ici, on embrasse une bonne partie du site ! Plus de 10km2 de tombeaux, façades, théâtres et autres monuments anciens.

Pour redescendre, nous passons par les escaliers, définis comme très escarpés par Le Routard. Finalement, nous trouvons le chemin assez facile et sommes en bas en une vingtaine de minutes ! On a RDV à 15h30 devant le Khazneh. Ça nous laisse une bonne demie heure pour prendre un thé et admirer une dernière fois ce trésor. Un chat tigré (comme notre Tuktukette) vient nous tenir compagnie. On ne pouvait pas rêver mieux !