guatemala

Un havre de paix à Rio Dulce

Après une petite escapade au Honduras, nous revoilà au Guatemala. Il faut dire qu’il nous avait manqué pendant ces 2-3 jours ! On a un vrai coup de cœur pour ce pays !


Là encore, c’est toute une épopée pour rejoindre notre destination finale : Livingston. Une fois la frontière traversée, on doit prendre un bus d’El Florido jusqu’à Chiquimula (avec un changement à Jocotan, comme à l’aller) puis un autre jusqu’à Puerto Barrios pendant 4 heures. Il est 15h quand on arrive au port, on pense alors qu’on va pouvoir embarquer dans la lancha rapidement… Que nenni ! On doit attendre qu’elle soit pleine avant de partir : 20 personnes ! Les minutes s’écoulent et au bout d’une heure, on quitte enfin Puerto Barrios. Le trajet, qui ne dure que 30 minutes, nous paraît alors interminable à cause du courant et des vagues de la mer. On est secoués dans tous les sens ! Bref, encore un trajet interminable (mais on commence à avoir l’habitude au Guatemala !). On est contents de poser nos sacs à l’hôtel. On découvre alors un superbe cadre au bord de l’eau : terrasse, jardin, ponton, hamac… Et pour couronner le tout, le proprio est d’une gentillesse rare ! 😉


En nous installant pour l’apéro sur la terrasse, on aperçoit nos voisins de chambre… qui ne sont autres que Patrick et JC, 2 voyageurs marseillais rencontrés au lac Atitlan quelques jours plus tôt. On passe une super soirée avec eux 🙂 Ils nous racontent qu’ils ont croisé l’équipe de Pékin Express à Florès et Tikal ! Je suis toute excitée, c’est mon émission préférée ! 
Mais où est Stéphane Rottenberg ?? 😉

Le lendemain, on prend le temps de se balader dans Livingston. Située sur la côte Est du Guatemala, cette ville n’est accessible que par bateau. Aucune route ne la relie au reste du pays. Un petit coin de bout du monde coincé entre les Caraïbes et le Rio Dulce. Une enclave aux couleurs des Caraïbes. Dans les rues, on retrouve l’ambiance garifuna que l’on avait aussi pu observer au Bélize. Un mélange de cultures, héritier du métissage entre les esclaves africains et les autochtones des siècles passés. 
Ici, les maisons sont colorées, on se balade à pied ou à vélo, on croise les locaux assis dans leur rocking-chair sur leur terrasse. La vie s’écoule tranquillement.

N’ayant pas vraiment d’attractions touristiques, on y vient surtout pour s’imprégner de l’ambiance caraïbe, on décide de ne pas s’attarder. En fin d’après-midi, on prend la lancha pour rejoindre notre auberge sur le Rio Dulce. Une heure de bateau plus tard, nous voilà arrivés à la Finca Tatin, notre petit havre de paix pour les 3 prochains jours. On découvre un immense espace commun avec des tables en bois et des hamacs mais aussi un billard et un ping-pong. Ici, pas de wifi, on y vient pour déconnecter ! Les repas du soir sont pris tous ensemble, sur une des deux grandes tables de la salle à manger. Menu unique pour tous (avec option végétarienne) : une soupe de légumes en entrée (un régal), un plat, de la salade et du pain. Une ambiance conviviale où l’on est invité à parler à ses voisins :).
Magali & Yoan, 2 voyageurs français rencontrés à San Pedro La Laguna quelques jours plus tôt, nous rejoignent et on passe quelques jours tous ensemble. On prend rapidement nos marques dans cette auberge immergée dans la jungle. On joue aux cartes, on bouquine, on avance sur le blog et les vidéos et on profite du ponton pour se baigner dans le Rio. Bref la belle vie !

L’une des activités phare ici, c’est le kayak. On décide d’en louer deux (équipe filles Vs équipe garçons) et de pagayer jusqu’aux Aguas Calientes situées à 1/2h de la Finca Tatin. Sur place, pas de quoi casser 3 pattes à un canard mais la balade pour y accéder est vraiment sympa ! Sur le chemin, on croise des locaux se baigner ou laver leur linge dans le Rio, on rencontre des bateaux locaux, etc. Le cadre est superbe : on est littéralement entourés par la végétation avec comme seul bruit celui des oiseaux. Un vrai havre de paix cet endroit on vous dit ! 😉

Le lendemain, on réserve un guide pour aller visiter la Cueva del Tigre. Le Guatemala est réputé pour ses grottes et nous n’en avons pas encore visitées ! Pour s’y rendre, on traverse la jungle et on passe par un village et une école. On croise aussi un artisan en train de fabriquer un canoë. Il travaille le bois directement dans le tronc. C’est impressionnant ! Après une heure de marche, nous voici arrivés à la fameuse grotte. Plus on descend, plus il fait noir et c’est glissant… Le chien de l’auberge qui nous accompagne depuis le début, lui, a l’air très à l’aise ! 

Au bout, on devine un énorme puits naturel, à la façon d’un cenote mexicain mais sans entrée de lumière. Sans perdre une seconde, notre guide allume des lampes frontales et installe l’échelle pour qu’on puisse nager en bas. Yoan, lui, y va à la manière forte, c’est-à-dire en sautant des 4-5 mètres qui nous séparent de l’eau. Allez, un petit salto arrière et plouf ! Un malade ! Lol
L’eau est fraîche et ça fait du bien ! On profite du moment, seuls au monde !

Au fait, vous connaissez l’histoire de Paf le drone ? Alors c’est l’histoire de 2 tourdumondistes (nous) qui font voler leur drone sur le Rio dulce. Après quelques beaux plans, ils décident de le faire revenir… et Paf le drone ! Il s’est pris un arbre… Ils le cherchent partout mais en vain. Puis une idée de génie surgit et ils arrivent à le géolocaliser sur le téléphone. Ni une, ni deux, Magali prend un kayak pour aller le chercher. Il semblerait qu’il soit finalement de l’autre côté de la rive ! Après plus de 40 minutes de recherche, ils le retrouvent, baignant dans l’eau. Oops… Pour ne pas griller tout le système électronique, ils décident de l’imprégner dans du riz afin d’évacuer le maximum d’humidité. Et voilà comment notre drone a fini son voyage, avant nous ! Mais on a encore espoir de le réparer en France car il s’allume encore ! Tout n’est pas perdu ! 😉
Pour tenter d’oublier cette mésaventure, on décide d’aller profiter du ponton et de se baigner dans le Rio. Christophe tente de m’expliquer comment utiliser la corde qui permet de se jeter dans le fleuve mais j’avoue avoir un peu de mal ! 

Notre aventure guatémaltèque se termine ici, sur une très bonne note ! Nous rentrons à Antigua demain pour prendre notre vol pour le Costa Rica, prochain pays de ce tour du monde. Le Guatemala aura été un vrai coup de cœur ! On a adoré son authenticité et sa diversité ! On a fait de très belles rencontres, locales et internationales, qui ont largement contribué à se sentir bien dans ce pays encore préservé du tourisme de masse !

 

Trajet Copan-Livingston :

  • Copan-El Florido : depuis l’entrée de la ville de Copán, prenez un collectivo pour la frontière. Toujours 7 QTZ/personne pour 30 minutes de trajet. Départs toutes les 15-20 minutes.
  • El Florido-Chiquimula : après avoir passé le poste de frontière (pas de taxe de sortie du Honduras), des collectivo Litegua vous attendent (on ne connaît pas trop les horaires mais nous avons pris celui de 10h). 18 QTZ/personne pour 1h30 de trajet direction Chiquimula avec un changement de collectivo à Jocotan (compris dans le prix).
  • Chiquimula-Puerto Barrios : départs réguliers des collectivos en direction de Puerto Barrios. Précisez au bus d’avant que votre destination finale est PB, il vous déposera au bon endroit pour le collectivo. 50 QTZ/personne pour 4h de route.
  • Puerto Barrios-Livingston : possibilité de prendre le ferry de 2h pour 20 QTZ/personne ou la lancha de 30 minutes pour 35 QTZ/personne. Attention, elle ne part que lorsqu’elle est pleine ! Et la dernière est à 17h.

Bonnes adresses :

  • « Casa Nostra » : une auberge au top située au bord de la mer des Caraïbes. Le petit jardin et le ponton au bord de l’eau sont très tranquilles. C’est aussi l’un des meilleurs restos de la ville !
  • « Finca Tatin » : un havre de paix au bord du Rio Dulce. Ici, les repas sont pris en commun avec un menu unique. C’est excellent et varié tous les jours. L’espace commun tout en bois est très agréable. Une auberge propice aux rencontres et à la zenitude. Un de nos coups de coeur du Guatemala !