guatemala

Dans les environs du lac Atitlan

Virée au marché de Chichicastenango

6h30 de transport, 3 bus différents et des routes de montagne ! Nous voilà partis pour une bonne journée de la loose comme on aime les appeler ! 😂 Heureusement, le proprio de l’auberge nous a bien expliqué les étapes du trajet et surtout les prix pratiqués pour pas nous faire avoir !

Le premier collectivo part du terminal Norte de Coban. Très vite, on se retrouve à 24 dans le bus qui ne contient que 11 places… Cherchez l’erreur ! Après 3 heures de long trajet sur des routes sinueuses, on arrive à Uspantan. À peine le temps de sortir qu’on nous prend les sacs pour les balancer dans le 2eme collectivo. Pas une seconde de perdue dans ce pays ! Dommage, on en aurait bien profité pour se dégourdir les jambes et pourquoi pas pique-niquer… C’est donc reparti pour 3 heures de route, avec à peine plus de place pour les jambes que dans le premier. Une fois à Santa Cruz del Quiche, on embarque pour un chicken bus, un vrai ! Et là on dirait bien que le chauffeur s’est pris pour un pilote de Formule 1. Il double en trombe dans les virages et doit lui-même s’accrocher pour ne pas voler au fond du bus ! Des malades on vous dit !! Une vraie expérience à la guatémaltèque ! 😂

Bref, on est contents d’arriver !

🚌 Trajet Coban-Chichicastenango :
Coban-Chicaman Uspantan : 3 heures de route dont 1h30 sur piste. 30 Quetzales/personne. Départs réguliers des collectivos depuis le terminal Norte de Coban.
Chicaman Uspantan-Santa Cruz del Quiche : 3 heures de route de montagne. 30 Quetzales/personne.
Santa Cruz de Quiche-Chichicastenango : 1/2h de route à vive allure dans notre premier chicken bus ! 10 QTZ/personne

Chichicastenango, c’est une petite ville surtout réputée pour son marché qui a lieu tous les jeudis et les dimanches matin. On profite du calme du samedi fin d’aprem pour faire un tour dans la ville et visiter notamment la belle église qui accueille de nombreuses cérémonies religieuses.

Le lendemain, on règle les réveils tôt (8.00 AM) pour arriver les premiers sur le marché et éviter ainsi les cars de touristes (bon, au final, on a croisé que quelques touristes, on est encore loin du tourisme de masse !).

Le marché est composé de plus de 2000 échoppes proposant couvertures colorées, ceintures, sacs, cierges, DVDs, artisanat, masques en bois, bijoux en argent, médicaments, etc. Il y en a pour tous ! On retrouve aussi bien sûr des stands de fruits, légumes, tortillas… Tous nos sens sont en éveil ! On en prend plein les yeux grâce aux stands d’artisanat coloré, on entend les cris des vendeurs, on hume les arômes des cantines traditionnelles. Un vrai festival de couleurs et d’odeurs ! 😍

On observe aussi les locaux des villages environnants venus faire quelques emplettes. Ils sont tous habillés du costume traditionnel et marchandent au même titre que les touristes. Amusant 😊

On déambule dans les stands à la recherche de jolis souvenirs tout en nous imprégnant de l’ambiance locale. Contrairement à ce que l’on croyait, ce n’est pas si touristique. Il s’agit ici d’un vrai marché local où tout le monde se rassemble 2 jours par semaine.

Un peu plus bas, on longe les stands des animaux : chien, chat, poule. On ne préfère pas trop imaginer ce qu’ils vont en faire ! 😂

Au bout, on atteint le cimetière. Ici, les tombes sont colorées et cela rend le lieu un peu moins glauque que d’ordinaire. C’est même plutôt joli !

On termine cette belle matinée (on est quand même restés plus de 3 heures au marché), on s’offre un bon brunch au restaurant « Don Pasqual ». Buffet à volonté pour seulement 30 QTZ/personne : œufs brouillés, pancakes, galettes de pomme de terre, guacamole, céréales, platanos, café, chocolat chaud. Un vrai petit festin ! 😋

Tips Chichicastenango :

  • N’hésitez pas à dormir la veille dans la ville pour vous imprégner de l’ambiance et pouvoir être là tôt le matin
  • Les jours de marché sont le jeudi et le dimanche

Bonnes adresses Chichicastenango :

  • « La Casa San Juan » : un joli cadre pour une nourriture bonne et peu coûteuse ! Les spécialités guatémaltèques sont excellentes !
  • « Don Pasqual » : très bon brunch pour une bouchée de pain (ou de tortilla, c’est plus local ;)) ! Parfait pour terminer votre tour du marché
  • AirBnb “El Farol” : bonne adresse dans le centre et proche du marché. Les chambres sont belles et confortables et la proprio est adorable !

Autour du lac Atitlan

Après avoir fait le plein de souvenirs au marché de Chichicastenango (couverture colorée, petite salopette pour le trio de choc, chaussons bébé, magnet et j’en passe), nous prenons la direction du lac Atitlan. Là encore pour y arriver, c’est tout un périple. On pensait que ça serait simple mais c’était sans compter sur les fourberies des Guatémaltèques. Arrivés à Los Encuentros (pire village/intersection du pays ?), on commence à négocier le 2eme bus (toujours utile de connaître le vrai prix avant de partir). Une fois mis d’accord, je monte dans le bus et il se met à démarrer. Les garçons, eux, sont derrière avec les gros sacs… sur le trottoir ! Le bus ralentit, je pense alors naïvement que c’est pour les faire monter. Mais non ! C’est le copilote qui s’accroche à l’arrière du bus avant qu’il redémarre en trombe. Je me retrouve donc seule dans le chicken bus ! Je l’arrête en catastrophe et rejoins les garçons un peu plus haut. Une belle petite frayeur mais rien de grave, heureusement ! Après cette péripétie, nous arrivons finalement (et enfin) à bon port, celui de Panajachel.

🚌 Trajet Chichicastenango-Atitlan :
Chichicastenango-Los Encuentros : : 1 heure de collectivo (terminal situé derrière l’église). 12 QTZ/personne
Los Encuentros-Panajachel :: 1 heure de chicken bus. 1,5 QTZ/personne.
Panajachel-San Juan la Laguna :: 25 minutes de lancha publique. Attention le dos, le lac peut être agité ! 25 QTZ/personne

Il existe une dizaine de villages autour du lac. Nous avons jeté notre dévolu sur San Juan La Laguna, l’un des plus authentiques. Nous posons nos sacs à l’auberge et partons faire un tour de la ville. Effectivement, peu de boutiques de souvenirs ou de restaurants ici, l’activité se concentre plutôt autour des coopératives : artisanat, chocolat, café, médecines traditionnelles, etc.

Minute culture :

Loin d’être éteints, les Mayas peuplent les villages installés autour du lac et on les reconnaît facilement: Les femmes portent pour la plupart le hupil traditionnel, ce large chemisier bouffant et coloré, souvent confectionné à la main.

Le lendemain, nous prenons la direction de l’Indian Nose. Une randonnée de 3h AR qui permet d’accéder à un point de vue dominant le lac et ses volcans. N’ayant pas voulu nous réveiller aux aurores pour admirer le lever du soleil (comme beaucoup de touristes le font), nous partons en milieu de matinée accompagnés de notre guide. On monte une première partie en tuk-tuk puis nous marchons 1/2 heure pour atteindre le sommet. On passe à travers les plantations de café… et les montagnes de déchets ! Notre guide nous explique que ce sont aux locaux de payer pour chaque passage de camions poubelle ! 1 QTZ/sac poubelle. Certains n’ont pas les moyens ou l’envie de payer et préfèrent vider leurs ordures dans la nature… Triste réalité !

Une fois en haut, on profite du panorama à couper le souffle ! Le soleil est au zénith et le lac d’un bleu resplendissant ! À droite et à gauche, les 7 volcans entourant le lac le plus profond du monde. On décide de prolonger le plaisir en pique-niquant ici. Un restaurant avec vue 3*** ! On adore ! 😍 On comprendra plus tard la chance que nous avons eu de pouvoir l’admirer sans un seul nuage !

On redescend par le sentier escarpé en 1h30. Tout le long, la vue sur le lac est splendide !

Point info : nous avons beaucoup hésité à prendre un guide pour cette randonnée mais les commentaires sur les blogs de voyage nous ont convaincus. Il y aurait souvent des « agressions » contre les touristes sur le chemin. Nous avons préféré de ne pas prendre de risque. De plus, le chemin n’est vraiment pas bien indiqué, on était contents de ne pas être tous seuls ! On a négocié le guide à 100 QTZ/personne incluant les 30 QTZ/personne d’entrée du chemin pédestre.

Pour notre 2eme journée sur le lac, nous nous rendons à San Pedro La Laguna pour un cours de cuisine maya. Nous retrouvons Anita et 2 autres touristes canadiens au Nick Place, près de l’embarcadère. On commence par une virée au marché, on achète les ingrédients pour la préparation du déjeuner. En passant dans les étales, Anita nous fait découvrir quelques fruits typiques de la région.

On monte ensuite dans sa cuisine, donnant sur le lac. La vue est superbe ! On s’arme de nos tabliers et Anita répartit les tâches : couper les oignons, laver les légumes, nettoyer le poulet, préparer le guacamole, préparer les feuilles de bananier pour le tamal, etc.

Au menu : guacamole maya (avec morceaux d’ananas), pepian, chilaquilas, tamales de chipilin, riz traditionnel guatémaltèque et pour finir des galettes frites au chocolat.

Tout le monde met la main à la pâte et Anita s’efforce de nous faire participer à plusieurs tâches différentes pour que l’on puisse toucher à tout. Elle nous apprend même la technique des tortillas ! Bon, il y a encore du boulot, hein Adrien ? 😉

Au bout de 2 heures de travail, c’est prêt ! On se met à table et on déguste nos délicieux plats tout en écoutant l’histoire passionnante d’Anita.

Voici le plat principal après 2 heures de préparation ! humm 😉
A table !

Elle nous raconte son enfance et le décalage qu’elle ressent alors par rapport à la société guatémaltèque. Voulant se débrouiller par elle-même, elle insiste auprès de ses parents pour suivre un cursus universitaire. Sa mère ne comprend pas vraiment son envie d’apprendre car elle considère que sa place est à la maison, à cuisiner et s’occuper des enfants. À force de courage et de pugnacité, elle arrive à apprendre l’anglais et à être diplômée. Elle travaille alors en tant que guide sur le lac Atitlan. Petit à petit et grâce à l’aide d’un couple américain, elle crée sa petite entreprise de chef cuisto « Anita’s Mayan Kitchen cooking class » et fonde également une coopérative visant à aider les autres mères célibataires comme elle. Depuis 4 ans, son entreprise fonctionne bien et elle permet à des touristes comme nous d’en apprendre un peu plus sur la culture et la cuisine maya !

Un vrai bon moment qu’on conseille à tout le monde de passage sur le lac Atitlan ! 😉

C’est donc le ventre plein et des étoiles dans les yeux que nous prenons la lancha (25 QTZ/personne) pour nous rendre à Santiago, un autre village du lac. Il s’agit du plus grand village d’Atitlan. Très vite, on ne sait expliquer pourquoi, mais on se sent mal à l’aise. Certains rabatteurs viennent nous voir dès la sortie de la lancha, les quelques boutiques de souvenirs paraissent vides, les rues semblent moins colorées qu’ailleurs… Bref, on n’a pas le feeling ! On visite quand même l’église mais on écourte la balade dans la ville.

[…]

San Pedro la Laguna

Après une semaine passée à Antigua, nous revoilà au bord du lac Atitlan ! Cette fois, on décide de poser nos affaires à San Pedro la Laguna. Réputé pour être plus touristique que San Juan la Laguna, le village est parsemé de petits cafés et restos. L’ambiance qui y règne est plutôt cool et ça nous plait bien. Le fait qu’on soit hors-saison (février) rajoute sûrement au charme de San Pedro ! On n’a vraiment pas l’impression d’être envahis de touristes !

Dès le premier soir, on a RDV avec Magali et Yoan, 2 tourdumondistes en vadrouille au Guatemala. On passe un très bon moment avec eux et on se retrouve même le lendemain pour bruncher au bord du lac. 😊 On se délecte de la vue tout en avalant des « pancakes pops » au Nutella ! Un délice ! 😍

Le reste de la journée est tout aussi tranquille : on se balade dans les ruelles étroites et colorées de la ville. On s’émerveille devant les quelques tags qui côtoient des citations religieuses. Ici, au Guatemala, la religion catholique est très présente et on peut voir des inscriptions religieuses un peu partout : sur les bus, sur les tuk-tuks, sur les murs, etc.

De notre point de vue, San Pedro, malgré ses nombreux petits cafés, a su garder son côté authentique. Les femmes sont encore vêtues du costume traditionnel et la plupart des hommes continue de porter leur chapeau, si caractéristique de la région.

Le lendemain, on prend la lancha pour se rendre à Santa Cruz (25 QTZ/personne), point de départ d’une randonnée de 9km le reliant à San Marcos. On en profite pour déjeuner à la CECAP, une adresse recommandée par Olivia & Jacques. Cette association créée en 1998 permet un accès à l’éducation aux enfants du village. Elle forme également des jeunes aux métiers de la cuisine et de la restauration. On a d’ailleurs très bien mangé et la vue depuis le restaurant n’a rien gâché à notre plaisir ! 😊

On commence ensuite la balade, entre bord de lac et forêt. Il faut avouer qu’on n’est pas vraiment transcendés ! On s’attendait à longer le lac tout le long mais c’est finalement assez rare, et le reste du paysage ne casse pas 3 pattes à un canard ! 😂 Bref, après 2 heures de marche, on termine en tuktuk pour atteindre San Marcos. Ce petit village, bien connu des voyageurs, est réputé pour son ambiance hippie. Effectivement, on trouve de nombreux restaurants veggie et de petits cafés « peace ». On prend un café et une crêpe au Nutella (hummm 😋) dans l’un d’entre eux tout en se disant qu’on a bien fait de poser nos sacs à San Pedro, on s’y sent mieux !

Pour notre dernier jour sur le lac, on décide de louer un kayak pour aller admirer la vue sur la baie et les volcans. Une heure à pagayer au milieu du lac le plus profond du monde ! On se sent comme seuls au monde, c’est magique ! On jouit d’une vue à 360 degrés sur les villages et les volcans aux alentours.

Tips & bonnes adresses :

  • 🚌 Trajet Antigua-San Pedro la Laguna : 70 QTZ/personne pour 3 heures de route en shuttle
  • 🛶 Location d’un kayak pour 2 : 20 QTZ/heure

Cap sur Xela (Quetzaltenango)

Nous quittons notre petit air de tranquillité du lac Atitlan pour nous rendre à Xela, la 2eme plus grande ville du pays. Après près de 3 heures de route de montagne en chicken bus, mauvaise surprise : le terminal de bus est à l’autre bout de la ville et de notre hébergement. On essaye tant bien que mal de négocier un taxi mais les prix pratiqués sont dissuasifs ! Une guatémaltèque vient alors à notre secours et nous indique un collectivo allant dans le centre-ville (parque central) pour seulement 1,25 QTZ/personne ! Ha bah voilà, ça c’est dans nos prix ! 😂 On note une nouvelle fois la gentillesse des locaux, toujours prêts à aider !

La ville est connue pour ses volcans qui l’entourent : Santa Maria, Tajamunco (le plus haut sommet d’Amérique centrale), etc. Pour notre part, on est venu pour ses aguas calientes et les marchés des villages aux alentours. Pas grand chose à faire dans la ville donc. On se balade quand même sur le Parque central avec sa belle église et ses colonnes corinthiennes.

Sur la route des Fuentes Georginas, on décide de s’arrêter dans le petit village d’Almolonga. C’est jour de marché aujourd’hui et quoi de plus typique que les étales d’un marché ? 😊 Ici, pas de touristes, seulement les locaux venus vendre et acheter. Chaque stand y va de son slogan, le répétant 4-5 fois le plus rapidement possible : « 10 quetzales las 15 naranjas !! 10 quetzales las 15 naranjas !! 10 quetzales las 15 naranjas !! » 😂 (ce qui n’est vraiment pas cher soit dit-en passant ! À peine 1€ les 15 oranges !)

Après ce petit tour local, nous reprenons le bus pour Zunil. Par chance, 2 autres Français se rendent aussi aux aguas calientes, ce qui nous permet de partager le taxi, dernière étape de ce trajet. Une fois sur place, nous nous acquittons du droit d’entrée (60 QTZ/personne tout de même !!) et allons nous prélasser dans les eaux choses des thermes. Le coin est assez connu des locaux qui y viennent nombreux ! C’est un peu leur piscine municipale à eux ! On passe l’après-midi avec Coco et Cocotte, les 2 Français rencontrés dans le bus. Eux aussi sont en tout d’Amérique centrale et on pourrait peut-être se rejoindre au Nicaragua ! Affaire à suivre donc 😉

C’est affamés que nous quittons les thermes après y avoir passé 2 bonnes heures. Le cadre est très joli, avec cette nature luxuriante, mais il n’y a qu’un seul bassin ! On ne peut donc pas passer de l’un à l’autre comme on a l’habitude de le faire. On se rend à Zunil en stop pour faire un petit tour et tenter de trouver un restaurant qui voudrait bien nous substanter ! Malheureusement, c’est impossible d’en trouver un végétarien (nos nouveaux amis ne mangent pas beaucoup de viande non plus) ! On se rabat alors sur un stand de tortas sur la place du marché. Là aussi, il a du mal à comprendre qu’on ne veuille pas manger de viande ! 😅 Censée être un plat de fête, la viande est devenue familière pour les Guatémaltèques ! Ils en mangent beaucoup !

De retour à Xela, on passe par la boulangerie que les Coco nous ont conseillée : « Alimentos Xelapan ». Située sur le Parque central, elle offre un choix incalculable de viennoiseries et petits pains ! Je suis aux anges !! 😍

Tips :

  • 🚌 Trajet San Pedro-Xela : plusieurs chicken bus partent le matin (de 4h jusqu’à 13h) pour 30 QTZ/personne. Environ 2h30 de route de montagne.
  • 🚌 Trajet Xela-Fuentes Georginas : départs réguliers de chicken bus pour Zunil depuis la station essence proche du Parque central (point repère indiqué sur Maps.me) : 5 QTZ/personne pour 1h de route. Puis il faut négocier un taxi (50 QTZ) pour monter aux aguas calientes (20 minutes).
  • 🚌 Trajet Xela-Antigua : départs réguliers depuis le terminal de bus de Xela. En revanche, pas de bus direct : il faut d’abord aller à Chimaltenango (30 QTZ/personne pour 3 heures de route de montagne) puis changer de bus pour se rendre à Antigua : 5 QTZ/personne en 45 minutes. Le premier bus vous déposera au bon endroit pour prendre le second chicken bus mais pensez à aleter le copilote ! 😉
  • Pour vous rendre du terminal de bus au Parque Central, on vous conseille de prendre un collectivo pour 1,25 QTZ/personne. Ils passent très régulièrement sur la Calle 4a.

Bonnes adresses Xela :

  • « Alimentos Xelapan » : une boulangerie qui ne paye pas de mine de l’extérieur mais qui ravira les plus gourmands ! Un choix de viennoiseries et petits pains pour tous les goûts : anis, chocolat, banane, etc !
  • « Tacorazon » : LE fast-food de la ville ! Vous trouverez ici tous les jeunes du coin venus déguster les meilleurs burritos du pays ! Les produits sont frais et bio, il existe même une version végétarienne avec du soja ! Un délice bien nourrissant !