guatemala

Au cœur du Peten : Tikal & Florès 

Après une semaine au Belize (pays qui ne nous a pas transcendés), nous retrouvons Adrien, un des meilleurs potes de Christophe avec qui nous allons passer les 15 prochains jours. 😊 RDV pris à Benque Viejo, côté belizien pour traverser la frontière ensemble. Depuis la station de bus, on négocie un taxi (10 $Bz) pour atteindre le poste de frontière, situé à 3 kilomètres de là. On s’acquitte de la taxe de sortie du Bélize (40 $Bz/personne) et nous voilà au Guatemala ! On a rarement passé une frontière aussi rapidement et facilement ! Elle est réputée pour être une véritable passoire, on ne peut que l’attester ! 😉 Tant mieux pour nous ! On a lu sur plusieurs blogs de voyage qu’il ne fallait mieux pas voyager de nuit au Guatemala. On ne perd donc pas de temps et on se dirige à pied vers la station de collectivos pour Florès.

30 QTZ/personne et 2 heures de route plus tard, nous voici arrivés à destination ! 😊

Sur le chemin, on retrouve les habits traditionnels colorés des locaux et la langue espagnole (eh oui, ils parlent anglais au Belize !), on est ravis ! Il faut dire que cette culture nous parle bien plus que la culture bélizienne.

À Florès, on découvre une jolie ville aux rues pavées et aux maisons colorées. Située sur une île, reliée par un pont à Santa Elena, la ville est installée sur le lac Petén Itzá. Beaucoup la décrivent comme très touristique mais étant hors saison (fin janvier), ce n’est pas ce qui nous choque le plus. D’ailleurs, on adore se balader au détour de ses ruelles colorées, prenant le temps d’appréhender son atmosphère tranquille.

Nous profitons de ce cadre pour prendre une journée off. Au programme : organisation de la suite du voyage avec Adrien et retrait d’argent. On a entendu dire que le Guatemala était le pays de la fraude bancaire, on va donc faire attention ! Comme à notre habitude en entrant dans un nouveau pays, on fait le tour des banques pour trouver celle qui ne prend pas de frais. Après avoir essayé les 2 seuls ATM de Florès, sans succès, on se dirige vers Santa Elena. On fait le tour des banques et ATM, une dizaine en tout. Et là, c’est un peu la catastrophe : il ne s’agit plus de trouver la banque la moins onéreuse mais la banque qui acceptera notre carte MasterCard car pour le moment, on ne peut retirer nulle part ! 😟 Première fois que cela nous arrive depuis le début de notre tour du monde, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir voyagé dans une quinzaine de pays depuis un an !

Heureusement, Adrien peut nous dépanner et retirer grâce à sa carte Visa. En rentrant à l’hôtel, on se renseigne un peu plus sur les retraits au Guatemala et on se rend compte qu’on n’est pas les seuls dans cette situation ! Apparemment, c’est courant de ne pas pouvoir retirer avec une carte MasterCard dans ce pays ! On est un peu choqués et on cherche désespérément des solutions sur Internet… A priori, il y aurait une banque à Santa Elena où l’on pourrait retirer au guichet.

Bref, on laisse tomber pour le moment et on s’attaque à la recherche d’excursion pour Tikal le lendemain. Là encore, ce n’est pas une mince affaire ! Suivant les bons commentaires Tripadvisor, nous passons par l’agence « ». Ils nous proposent 90 QTZ/personne pour le transport et le guide sur place.

Une fois notre excursion réservée, nous devons aller acheter les billets d’entrée du site dans une banque située à Santa Elena, juste après le pont (eh oui, nous avons pris l’option lever de soleil et la billetterie ne sera pas ouverte à 4h du mat’ 😂). Pourquoi dans une banque me direz-vous ? Eh bien, nous n’avons pas réussi à avoir de réponse ! Lol

Nous voilà donc partis au « Banrural » de Santa Elena pour payer le ticket d’entrée du parc (150 QTZ/personne) + l’entrée pour le lever du soleil (100 QTZ/personne). Au final, ça revient assez cher par tête : 340 QTZ/personne en tout (entrée + guide + transport), payable uniquement en cash (bien sûr, sinon ça serait trop simple ! 😂). Nos billets en poche, nous pouvons maintenant profiter pleinement de la ville. 😊

Après une balade sur les rues pavées de l’île, nous payons les services d’un conducteur de lancha (100 QTZ pour 3) pour une heure de balade sur le lac Petén Itzá et un arrêt pour atteindre le mirador, de l’autre côté de la rive. D’en haut, 15 minutes de marche, nous observons la ville de loin et le lac qui l’entoure. C’est très beau ! 😉

Le lendemain, nous réglons les réveils à 3h pour aller admirer le lever du soleil à Tikal, l’une des plus anciennes cités maya. Nous avons RDV au niveau du pont, côté Florès cette fois. Après une heure de route, nous arrivons à l’entrée du site. Il nous reste encore une vingtaine de minutes de marche avant d’atteindre le temple IV d’où l’on peut admirer les couleurs du soleil levant. Peu de touristes nous accompagnent, pas un bruit autour de nous.

Tapis dans le noir, nous écoutons la jungle s’éveiller. Un vrai concert de singes hurleurs 🐒 ! Un épais voile nuageux embrasse l’horizon tandis que les premières lueurs du soleil dévoilent les merveilles de ce géant assoupi en pleine nature 😍

Un moment magique que nous prenons plaisir à partager ensemble.

Il est 7h du matin quand nous redescendons du temple et nous nous mettons en marche pour parcourir le parc avec notre guide. Au moment des explications, il entend un toucan. Tout le monde se retourne et lève les yeux au ciel. Il est bien là, tout en haut sur sa branche. Magnifique ! 2 minutes plus tard, nous croisons un coati (il n’aura pas notre paquet de chips cette fois ! 🤣 Cf épisode aux chutes d’Iguazu côté brésilien l’année dernière !). Notre guide a des yeux de lynx, rien ne lui échappe ! On part à la conquête des jaguars. Il aurait croisé une famille il y a peu de temps. Tous les espoirs sont permis ! 😄

Bon, finalement, on va se concentrer sur les ruines ! C’est parti pour 2 heures de visite !

Tikal est l’un des rares sites de l’UNESCO à avoir été inscrit comme patrimoine culturel ET naturel (et après la balade dans la jungle et les nombreux animaux croisés, on comprend bien pourquoi !).

Véritable trésor enfoui dans la jungle, le site était l’un des plus importants complexes archéologiques de la civilisation maya.

Peuplée par plus de 400 000 habitants, la cité s’étendait sur le Guatemala et le Honduras.

Grand centre politique, économique et militaire, il se composait à l’époque de palais, temples, sites cérémoniels, terrains de jeu de balle (très prisé par les Mayas), etc.

Alors pourquoi cette belle et grande cité s’est-elle éteinte ? Beaucoup d’hypothèses tentent d’expliquer l’histoire dramatique de Tikal. Selon la chronologie reconnue aujourd’hui, la cité aurait commencé à décliner au IXe siècle et fut abandonnée au Xe siècle.

Les hypothèses actuelles pour expliquer ce déclin seraient :

    • des phénomènes naturels (comme des sécheresses successives) qui auraient provoqué des crises de famine, ébranlant le pouvoir politique et religieux,
    • une invasion extérieure au monde maya qui aurait décimé la cité.

Coïncidence (ou pas ?), ce déclin a eu lieu lors du 9e Baktun (le fameux cycle de 395 ans du calendrier maya), une période estimée de grands changements et bouleversements par les Mayas.

Toutes ces considérations en tête, nous repartons à la rencontre de ce géant assoupi en pleine nature. Les quelques pyramides restantes sont bien restaurées et il est facile de s’imaginer la vie d’antan.

La visite se termine au niveau du Temple de la Lune (celui de la Reine) et du Temple du Soleil (celui du Roi). Ils sont situés l’un en face de l’autre. C’est l’image de Tikal par excellence !

Au centre, on peut se placer sur une pierre et claquer des mains. Le son résonne et s’entend alors sur tout le site ! Impressionnant !

Minute culture :

Tikal signifie en langue maya « villes des voix », car chaque place est construite selon des techniques soignant l’aspect acoustique, permettant au dirigeant de se faire entendre de tous depuis le sommet des pyramides.

Autre effet acoustique amusant : le son produit rappelle le cri du quetzal, l’oiseau sacré des Mayas (et l’oiseau national du Guatemala) !

Ayant le choix de l’heure du retour, nous décidons de rester un peu sur le site et de casser la croûte en face du temple de la Reine. Sympa non ? 😊

En quelques chiffres, Tikal fut :

    • découverte en 1848
    • classée Parc National en 1955
    • et déclarée Patrimoine Culturel et Naturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1979.

Midi sonne et la fatigue commence à se faire ressentir (on est debout depuis 3h du mat’) mais la journée n’est pas terminée… N’ayant pas pu retirer d’argent dans la ville hier, on décide de s’arrêter au centre commercial de Santa Elena sur le trajet du retour de Tikal pour tenter notre chance. On réessaye tous les ATM du mall, rien… On tente alors notre dernière chance au guichet du Banco Industrial. Après 10 minutes de queue, on nous affirme que le distributeur fonctionne avec notre carte… « Non Madame, on a essayé plusieurs fois, sur plusieurs distributeurs différents avec notre carte MasterCard ET notre carte visa… ». Bref, c’est la merde. Nos 2 cartes ne fonctionnent toujours pas aux ATM (et pourtant on peut payer au supermarché avec) et on n’a pas de liquide ! Il ne reste que la carte de l’apitoiement « Comment on va faire alors ? On ne peut pas payer notre hôtel, on ne peut pas manger… » Au bout de plusieurs minutes de supplication, la banquière accepte d’essayer de retirer grâce à un système D. Mais on est dimanche 16h et il faut que l’organisme de contrôle soit ouvert… rien n’est fait !

On attend près de 2 heures à la banque et enfin, on a de l’argent !! Youpiiiii !! C’est la fête !!! Pour célébrer cette petite victoire, on fait un tour du supermarché du coin pour acheter un thé glacé et des cookies ! 😆

C’est parti pour l’aventure guatémaltèque !

Bonnes adresses Florès :

  • « Café Cool Beans » : petit café-restaurant très fleuri et arboré avec vue sur le lac. Très agréable pour une pause déjeuner. Petits prix !

Tips Florès :

    • Seulement 2 ATM sur Florès et a priori, aucun qui ne fonctionne avec la MasterCard. Pour retirer, il faut alors aller au guichet d’une banque « BAC » dans le reste du pays (il n’y en a pas dans la région de Flores). Du coup, si votre première étape au Guatemala est Florès, on vous conseille de ramener des devises étrangères avec vous pour les changer sur place. Pour la suite de votre voyage, vous pouvez utiliser l’application “Nearby” qui permet de localiser tous les ATM et banques où l’on peut retirer avec une carte Mastercard.
    • Le prix du Tuktuk entre le terminal de bus et Florès est de 10 QTZ
    • Si vous avez l’occasion de dormir à El Remate après Florès, n’hésitez pas ! Il paraît que c’est super sympa ! On avait un timing serré donc on n’a pas pu mais on le regrette un peu !