belize

Caye Caulker, un paradis entre chill et fonds marins

Après une quinzaine de jours dans la péninsule du Yucatan (pour la 2ème fois de notre tour du monde), nous prenons la direction du Bélize ! Enfin… si le bus veut bien se pointer ! On quitte Bacalar avec plus de 3/4 d’heure de retard, déjà que notre timing est serré… ça n’arrange pas nos affaires mais il faut savoir s’adapter au rythme du pays ! 😂

Nous atteignons la frontière mexicaine au bout de 2 heures. Tout le monde est prié de descendre du bus pour s’acquitter de la taxe de sortie du pays. 538 pesos mexicains, payables uniquement en cash (eh oui, plus simple pour déclarer seulement la moitié et se mettre le reste dans la poche !). On essaye de négocier pour ne pas la payer, elle est censée être incluse dans le billet d’avion d’arrivée mais ils ne veulent rien entendre et ne rigolent pas vraiment… On s’incline. On n’a pas envie de perdre trop de temps et on sait que c’est perdu d’avance ! Certains font de la résistance mais sont finalement contraints de payer aussi ! En revanche, après maintes insistances, on leur indique une banque à quelques mètres à laquelle ils peuvent payer par carte ! Pfff

On traverse ensuite le no man’s land et on arrive à la frontière belizienne. Ici, pas de taxe à payer. Seulement un formulaire à remplir et une fouille orale des sacs ! 😂

En tout, on aura passer quand même plus d’une heure à la frontière… ça n’arrange pas nos affaires ! Il est 14h30 quand nous repartons (on a gagné une heure entre le Mexique et le Belize) et le chauffeur nous annonce 3h jusqu’à Bélize city. Le dernier bateau pour Caye Caulker étant à 17h30, ça parait mal barré ! Problème : on a déjà réservé notre hébergement sur l’île et on nous a conseillé d’éviter Belize City de nuit…

Au fil des kilomètres, on découvre l’ambiance mixte du pays : caribéenne et british à la fois. Une spécificité propre au Belize puisque c’est le seul pays d’Amérique centrale dont la langue officielle est l’anglais ! Ancienne colonie britannique et membre du Commonwealth, le pays est toujours représenté par la Reine Elizabeth II !

Minute culture :

Délaissé par les Espagnols lors de la colonisation, ce sont des pirates britanniques qui s’installèrent au Belize au XVIIe siècle pour l’exploitation de la forêt, et en particulier pour l’acajou, l’un des bois précieux du pays. En 1862, le territoire devient colonie anglaise, sous le nom d’Honduras britannique.

Comme prévu, nous arrivons à 17h30 au terminal de bus de l’ancienne capitale, on partage un taxi pour le ferry avec 2 autres touristes dans le même cas que nous. Mais c’est bien trop tard, le dernier bateau est parti il y a 20 minutes…

On se met donc à chercher une auberge dans le coin, histoire d’éviter d’errer dans la ville de nuit. On en trouve une rapidement pour un prix raisonnable (55 $Bz/nuit pour une chambre double). Ce qui nous ne rassure pas, ce sont les barbelés installés tout autour des murs de l’hôtel. Ça confirme un peu nos premières impressions de la ville.

Le lendemain matin, on prend enfin le ferry pour Caye Caulker après avoir retiré du liquide (avec des frais exorbitants : 14 $Bz !!).

Deux compagnies se partagent le marché : « Water Taxi » et « Ocean Ferry Bélize ». Notre choix se porte sur le 2eme, étant le moins cher (30 $Bz/personne l’AR). Plusieurs bateaux partent tous les jours, le dernier étant à 17h30.

Une heure de traversée plus tard, nous voici enfin arrivés à Caye Caulker. Prononcez « kilokeur » 😋. Petite île aux doux airs hippies, c’est la plus proche et la moins chère des îles au départ de Bélize City. On vient ici pour chiller et pour explorer les fonds marins de la 2eme plus grande barrière de corail du monde ! Un seul mot d’ordre sur l’île : « no short, no shoes, no problem ! ». Les rues sont en sable, on se balade à pied ou à vélo. Idéal pour déconnecter ! 😉

Après quelques courses à l’un des seuls supermarchés du coin (et tenu par des Chinois, ils sont vraiment partout !), on part se balader et découvrir ce petit bout de terre. On ressent rapidement le côté insulaire et bout du monde de Caye Caulker, et ça nous va bien ! L’île se parcourt facilement à pied, on atteint le « Split » au bout de quelques minutes de marche. Ce chenal coupe désormais l’île en deux. Plusieurs restaurants et bars s’y sont installés. On décide de s’éloigner un peu de l’agitation et de nous poser dans un bar à balançoire avec une vue imprenable sur la mer. Malheureusement, très peu de plages sur l’île ! Pour aller explorer les fonds marins, il faut passer par une excursion en bateau. Nous avons réservé la notre avec « Liberty Tours » pour $70/personne (ce sont les prix pratiqués un peu partout). Ce tarif inclut 3 spots de snorkelling, le prêt du matériel, l’entrée de la réserve de Hol Chan, la lunch box et les boissons. Eh oui, le Bélize est un pays cher !

Le lendemain, nous rejoignons le groupe (7 touristes en tout) et mettons les voiles vers la barrière de corail. Il s’agit bien d’un voilier et non d’un bateau à moteur, critère appréciable lorsqu’on a des convictions écologiques ! 😉 Le soleil est au RDV, ce qui accentue la couleur déjà bien turquoise de l’eau. On retrouve la mer des Caraïbes pour notre plus grand plaisir ! Après une heure de navigation, nous atteignons le premier spot de snorkelling. Nous enfilons masque et tuba pour admirer la faune marine du coin. On aperçoit quelques beaux poissons et même un requin ! Le guide, qui a plongé avec nous, attrape même une énorme langouste !

On file ensuite vers le 2eme spot de la journée : Hol Chan Marine Réserve. Un vrai festival aquatique : requins, raies pastenagues, poissons multicolores, grottes sous-marines, bancs de centaines de poissons, etc ! L’eau est claire et la visibilité parfaite ! En revanche, il y a pas mal de courant et il faut bien palmer pour garder le rythme !

Ce spot nous a ouvert l’appétit. En remontant sur le voilier, le repas est prêt (elle pense à tout cette agence ! 😉). On se cale à l’avant du bateau pour le déjeuner. Quoi de mieux que de pique-niquer au milieu de la 2eme plus grande barrière de corail ? 😊

On termine l’après-midi en nous arrêtant au Shark and Ray Spot. Comme son nom l’indique, ce spot permet de bien observer les raies et les requins de la barrière de corail. Christophe se sent comme un poisson dans l’eau (c’est le cas de le dire ! 😋) ! En tournant à droite, il frôle une bande de requins ! En continuant, il tombe sur 2 raies, jouant à cache-cache. Une vraie merveille ce site !

C’est après cette journée riche en émotions et en observations que nous rentrons à Caye Caulker, en dégustant quelques fruits. Franchement, on n’est pas bien là ? 😊

On est ravis d’être passés par cette agence car elle a répondu à toutes nos exigences : pas trop de monde sur le bateau, un capitaine attentionné et expérimenté et une sensibilité à l’écologie. D’ailleurs, à la base, on devait passer par « Carlos Tours » qui avait de très bons commentaires sur Tripadvisor. (Mal)heureusement, c’était complet lorsqu’on est passé pour réserver. Ils nous ont conseillé « Liberty Tours ». On ne regrette pas… surtout quand on a vu le nombre qu’ils étaient sur le voilier de Carlos Tours : au moins une vingtaine !!

Avant de rentrer et de nous replonger dans le Bureau des légendes (on est à fond depuis quelques jours), on part à la recherche des hippocampes ! Notre capitaine nous a indiqué où les trouver sur Caye Caulker. Juste avant le Split, du côté du soleil couchant, il y a plusieurs pontons proches de mangroves où l’on peut les observer. Au début, on a du mal à les trouver, on les voyait plus gros. Mais en fait, c’est tout petit : à peine la taille d’un doigt ! On les voit se balader de branche en branche, à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent (d’ailleurs, est-ce qu’ils ont des dents ?! 🤨). C’est la première fois qu’on voit des hippocampes de notre vie, c’est génial !! À côté, on retrouve nos amis les pélicans. On en a vu beaucoup au Belize et il faut dire qu’on les trouve très beaux ! Franchement, ils ne sont pas trop mignons avec leur petite crête jaune et leur long nez ? 😍

On profite du ponton pour admirer le coucher du soleil avant de rentrer à notre Airbnb.

Au final, on est très contents d’avoir passé quelques jours sur Caye Caulker. Elle reste une île pas encore trop touristique où règne une ambiance peace. Concernant les fonds marins, on s’est régalés même si ce ne sont pas les plus beaux spots de snorkelling qu’on ait fait. Rien à voir avec Bunaken à Sulawesi (Indonésie) ou la Polynésie !

Tips Caye Caulker :

  • Si vous arrivez du Mexique et que vous comptez arriver à Caye Caulker le soir même, prenez une marge suffisante car la frontière entre le Mexique et le Bélize peut être très longue. À partir de la frontière, il y a 3 heures de route pour atteindre Bélize City. Le dernier ferry pour Caye Caulker est à 17h30.
  • Pas de belles plages de sable fin sur l’île. On vient ici surtout pour les excursions en bateau sur la 2eme plus grande barrière de corail.
  • On recommande chaudement l’agence « Liberty Tours » pour l’excursion en mer à la journée. Personnel attentionné et expérimenté ! Le guide plonge avec nous pour nous montrer les différents poissons. Le matériel prêté est de qualité. Les lunch box sont personnalisables en fonction des régimes (végétarien ou non). Dernier gros avantage : pas plus d’une douzaine de personnes sur le bateau (contrairement à d’autres agences qu’on a vues, notamment Carlos Tours !).

Bonnes adresses Caye Caulker :

L’île étant assez chère, nous avons privilégié les repas à notre Airbnb. Nous recommandons quand même ces 2 adresses :

  • Petit bar à balançoires situé en bord de plage, le long de la rue commerçante. Cadre vraiment très sympa pour boire un verre !
  • « Rainbow » : restaurant donnant sur le bord de mer (privilégiez le midi pour profiter de la vue). On mange sur la terrasse couverte. Cuisine locale et internationale, large choix, notamment végétarien ! 😊