Chili

Entre graffes et gratte-ciel : Valparaiso & Santiago

Arrivés à 6h du matin à Santiago après une énième nuit en bus, on décide d’enchaîner avec un autre bus pour nous rendre directement à Valparaiso. Problème : notre hôte Airbnb n’est disponible qu’à partir de midi… tant pis, nous attendrons 1h30 sur la place du coin ! Heureusement il ne pleut pas ! 😉

L’après-midi, nous arpentons les rues colorées de Cerro Alegre et Cerro Concepcion. Ces 2 cerros (comprenez « quartiers ») sont tellement proches qu’on a même du mal à les distinguer ! Valparaiso est la capitale mondiale du street art et on comprend pourquoi : on admire tous ces tags qui colorent les murs de la ville. Malheureusement, le Routard reste assez succinct au niveau des explications des graffitis et nous sommes un peu déçus de ne pas en apprendre plus ! Et puis, on a tendance à comparer à la Comuna 13 à Medellin (Colombie), un autre quartier de tags reconnus mondialement, que vous avions visité avec un guide, ce qui nous avait permis d’apprendre beaucoup sur l’Histoire de la ville et sur la signification des tags. A cela s’ajoute un temps mitigé, ce qui contribue certainement à décharmer cette ville si vantée par les voyageurs…

La journée du lendemain n’est pas aussi ensoleillée que prévue mais on profite quand même de l’après midi pour aller visiter Viña del Mar, une station balnéaire située à quelques kilomètres de Valparaiso (bus : $480/personne). La ville paraît beaucoup plus développée que Valparaiso que nous avons trouvée un peu pauvre par endroit. On retrouve beaucoup plus de boutiques, de restaurants et d’animation ! La ville en elle-même n’a pas de charme particulier mais elle offre une longue plage de sable blanc qui permet de se poser pour profiter des couleurs de la mer.

Pour notre dernière matinée à Valpo (pour les intimes), on rencontre « onzemoisontheroad », un autre couple de tourdumondistes Français avec qui nous visitons le musée à ciel ouvert, un autre quartier de la ville. La balade se transforme vite en échange de bons plans étant donné que l’on vient de sens différents ! De leur côté, ils continuent sur l’Amérique Latine et notamment la Colombie, notre coup de cœur ! On ne se retient pas de leur donner astuces et bons plans pour ce pays qu’on affectionne tant !

Le soir, nous retrouvons nos copains de voyage Marion & Adrien à Santiago pour le dîner ! 🙂

Nous passons donc nos derniers jours sur le continent dans la capitale chilienne et malgré ce qu’on a entendu, on se sent bien dans cette ville ! Nous nous baladons dans le quartier italien, qui a un petit air de Brooklyn, puis dans celui de Bellavista où nous retrouvons les influences sud-américaines du street art. Ici, on ne sent pas dans une grande ville polluée et surpeuplée. Les Chiliens sont tranquilles, pas stressés, ne klaxonnent pas à tout va, les rues sont aérées et bordées d’arbres. Bref, on s’y sent bien !

Pour admirer la ville depuis en haut, nous montons en funiculaire au Cerro San Cristobal. D’ici, la vue est superbe ! On aime bien les points de vue des villes, ça permet de mieux nous rendre de tout ce qu’elle possède et de ses dimensions. L’ambiance qui y règne est assez particulière puisque c’est religieux : on retrouve une grande Vierge, plusieurs croix et la sono qui diffuse des chants catholiques ! Il faut savoir que dans les pays d’Amérique latine, la population est très croyante.

En fin d’après-midi, on se rend chez notre hôte Couchsurfing. Son appartement est situé en plein centre de Santiago, parfait pour sillonner la ville ! Il s’appelle Leonardo et est très sympa ! On apprend qu’il est ingénieur en informatique pour la justice chilienne. Et oui, au Chili, toute la justice s’est mise au digital ! Nous passons une bonne partie de la soirée avec lui, à discuter de nos vies et de notre voyage. C’est la première fois que nous tentons l’expérience du Couchsurfing et on est ravis de rencontrer des locaux de cette manière ! Et puis, on ne va pas se le cacher, ça nous fait aussi faire des économies ! 🙂

Le lendemain, pour notre dernière journée à Santiago, on décide de se rendre à 10h sur la place des Armes pour rejoindre le Free Walking Tour de la ville. Deux langues sont proposées à cet horaire : anglais et espagnol/portugais. On opte pour la 1ère pour commencer à nous mettre dans le bain des prochains pays (anglophones donc). Le guide est top et nous en apprenons beaucoup sur l’Histoire du pays et de la ville. Le tour commence sur la place des Armes puis circule dans le centre en passant par la Moneda, certains passages couverts, le Cerro Lucia puis vers le quartier de Bellavista pour finir au niveau de la maison de Pablo Neruda.

Voici quelques infos en vrac que nous avons retenus du tour :

  • La cathédrale de la place de Las Armas date du 17ème siècle car elle a été reconstruite entièrement 5 fois à cause des tremblements de terre.
  • Le Chili est l’un des pays qui subit le plus de tremblements de terre au monde.
  • Le Chili est le 4ème producteur de vin au monde et le 1er consommateur en Amérique Latine
  • Le 11 septembre 1973 a eu lieu le coup d’état de Pinochet à la Moneda. Deux tanks bombardent la porte d’entrée du palais et L’air force bombarde par le ciel. Le président Allende, à l’intérieur, se suicide alors.
  • La communauté la plus représentée à Santiago est la communauté péruvienne.
  • Il existe des cafés uniques à Santiago : ce sont des « café con piernas » (comprenez : cafés avec des jambes). Il s’agit de lieu où, pour faire oublier le mauvais goût du café, les serveuses sont habillées en tenue très courte. Certains ont même poussé le vice encore plus loin en créant des cafés où les femmes sont pressées complètement dévêtues et où les portes sont teintées de noir pour qu’on ne voit pas ce qu’il se passe à l’intérieur ! Attention donc quand on vous propose un café à Santiago ! 😉

Pour en savoir plus sur le Chili, n’hésitez pas à lire notre article spécial : « Le Saviez-vous ? ».

Le tour se finissant au niveau de la maison de Pablo Neruda, on en profite pour la visiter. Cette maison est l’une des 3 maisons qu’il a construites au Chili (les 2 autres étant à Valparaiso). Elle est dédiée à Matilde, la maîtresse du célèbre poète et homme politique. Pour n’éveiller aucun soupçon, il décide de l’appeler « La Chascona », en référence aux cheveux de sa bien-aimée le matin au réveil. En effet, « chascona » signifie femme aux cheveux en pétard en quechua. Le poète était un éternel collectionneur : on découvre ses verres colorés, il avait décrété que l’eau avait un meilleur goût dans ceux-ci, mais aussi sa vaisselle, ses statues, ses livres (malheureusement une grosse partie a été brûlée lors de l’attentat de Pinochet en 1973). Tout dans sa maison évoque la mer, Neruda se considérant comme un capitaine terrestre (il avait en réalité très peur de la mer même s’il en était fasciné !).

On termine avec un repas bien chilien : des empeñadas et une glace au lucuma, un fruit chilien qui a le goût de la pâte à crêpes (selon Albane). #yummy ! 🙂

Après ce tour très culturel, nous rejoignons Leonardo pour dîner. Il nous emmène dans un resto typique chilien dans le quartier Bellavista. Sur le chemin, nous en profitons pour en apprendre encore un peu plus sur Santiago. Ce n’était pas prévu mais il insiste pour payer la note : la gentillesse chilienne n’a pas de limite ! En rentrant, c’est dégustation d’alcool des 4 coins du monde que d’autres invités lui ont offert. Christophe dormira bien ce soir ! :p

On se couche assez tôt car une grosse journée nous attend le lendemain : nous décollons pour l’île de Pâques !

C’est la fin de notre périple sur le continent latino-américain ! Nous partons avec un pincement au cœur car nous avons vraiment adoré nos 5 mois passés ses routes ! On reviendra c’est sur… on en parle déjà ! La date reste à fixer ! 🙂

Tips Valparaiso : – Prenez le Free Walking Tour pour découvrir la ville et en apprendre plus sur ces fameux tag, reconnus mondialement. – Si vous avez du temps, rendez-vous dans l’une des 3 maisons de Pablo Neruda, à Isla Negra, à près d’1h30 de route de Valparaiso. Le cadre est splendide : la maison surplombe les falaises et la mer. – Prenez un logement sur l’un des cerros (et non dans la ville basse) : plus sympa au niveau des restaurants et de l’animation

Tips Santiago : – Pour monter au Cerro San Cristobal, privilégiez plutôt un jour de semaine car il y aura moins de monde pour le funiculaire et ça sera moins cher ! – On a testé le Free Walking Tour de Santiago et il était vraiment top ! C’est tous les jours (sauf jours fériés) au départ de la Plaza de Las Armas. Sans réservation. Ça dure 3h. Les visites en anglais ou espagnol sont à 10h et celle en français est à 15h. Comme tous les Free Walking tour, c’est gratuit mais il est quand même recommandé de donner qqch à la fin pour rémunérer le guide ! – Pour vous rendre à Valparaiso, comparez bien les prix des bus ! Ça peut varier du simple au double ! A l’aller, on a payé $7400/personne quand au retour, on a payé $2500/personne !