Pérou

2 jours de trek dans la Cordillère blanche

Après 3 jours passés dans la capitale péruvienne, nous décidons de monter au Nord pour aller randonner dans la Cordillère Blanche et le fameux parc Huascaran.
C’est ici qu’en 1976, le comité de Munich a déclaré la montagne la plus belle du monde ! C’est d’ailleurs l’une d’entre elles qui a été choisie par les studios Paramount pour son célèbre logo (vous voyez ? La montagne et les étoiles autour ?)

Arrivés très tôt le matin en bus de nuit depuis Lima, nous décidons d’enchaîner directement avec l’excursion au glacier Pastoruri. Nous en paierons les conséquences plus tard dans la journée car notre corps n’était pas prêt à monter aussi haut en altitude, aussi vite !

Nous déposons donc nos bagages et partons à la découverte d’un nouveau eco-systeme que nous ne connaissons pas 🙂

Plusieurs arrêts sont prévus pendant le tour. Le premier servira à déguster notre premier maté de coca, boisson aidant contre le « sorroche », le mal des montagnes.
Puis, nous nous arrêtons pour admirer les puyas Raimondi : ces grands palmiers (ressemblant beaucoup aux frailejones, endémiques du paramo, l’eco-systeme colombien que nous avons tant aimé lors de notre trek à Los Nevados) peuvent mesurer jusqu’à 10 mètres et vivre jusqu’à 100 ans ! C’est impressionnant ! Ils ne pousseraient qu’entre 3200m et 4800m d’altitude et il faudrait plus de 10 millions de graines pour qu’un puya grandissent !

Enfin, notre dernier stop (et non des moindres) consiste à gravir les 200 mètres de dénivelé pour atteindre le mont Pastoruri. Cela peut paraître peu mais nous sommes déjà à 5000m d’altitude et chaque pas est un effort. Il faut y aller à son rythme !
Après un « court » recorrido (1 heure pour nous), nous arrivons en haut. Le glacier est grandiose ! Il se reflète dans sa lagune qui le borde laissant ça et là quelques morceaux de glace.
Après une 1/2h à admirer le spectacle, que la Nature est belle !, nous redescendons pour rentrer à Huaraz.

Tellement crevés, nous nous couchons directement sans prendre la peine de dîner ! Et c’est là que les choses commencent à se corser pour Christophe… un peu de fièvre, les jambes lourdes, mal au crâne… les effets du mal d’altitude commencent à se faire ressentir.
Le lendemain, on décide de se reposer dans la ville pour reprendre du poil de la bête.
On enchaine donc les cafés de la ville (très sympas d’ailleurs !) et on assiste au Carnaval de la ville : chaque métier et association paradent dans des chars, balancent des bonbons à la foule déchaînée (enfin surtout les enfants), le tout dans une ambiance joviale et musicale 🙂

Malheureusement, Christophe ne se sent pas de remonter en altitude et préfère rester se reposer une journée de plus.

Je pars donc toute seule le 3eme jour pour le trek de la laguna 69 : un trek que je veux faire depuis longtemps, les photos me faisant rêver !
Réveil à 4h30 pour une longue journée ! Il y a 3 heures de bus pour arriver au début de La randonnée (j’en profite pour terminer ma nuit) puis 14km à parcourir avec un dénivelé de 1000m !
On s’arrête une première fois pour avaler un maté de coca puis pour admirer la lagune llanganuco, d’un bleu turquoise incroyable ! 1ère merveille de la journée !

30 minutes plus tard sur une route de terre, nous arrivons au point de départ.
Le trek se décompose en 4 parties : 45 minutes de plat puis 1h de montée, 30 minutes de plat et pour finir 45 minutes de montée en zigzag. L’ascension prend en général 3 heures. Ça sera mon cas ! L’altitude rend la montée assez difficile mais en y allant doucement, c’est faisable d’autant que les paysages de la randonnée sont vraiment beaux (plaines, rivières, cascades…) !

En haut, le spectacle est au RDV ! Je tombe sur une magnifique lagune au bleu intense, entourée de montagnes ! On peut aussi voir une cascade de jetant dans la lagune !
Incroyable !!

Notre guide nous explique que les lagunes n’existaient pas il y a une cinquantaine d’années, cela est dû au réchauffement climatique, et à la fonte des glaciers.
Le nom de « Laguna 69 » n’aurait aucune explication historique (comme c’est le cas pour les autres lagunes du parc) mais s’appellerait comme ça seulement car c’est la 69e lagune que l’on aurait découvert !

Je décide de « déjeuner » devant cette merveille, un vrai plaisir ! 🙂

1 heure plus tard (et oui, déjà !), nous redescendons. Beaucoup plus vite que nous sommes montés : en moins de 2 heures !

Mes impressions sur le trek de la Laguna 69 :
Les + : Superbe ! A faire absolument ! Cela vaut vraiment le coup ! Les couleurs de La lagune sont sublimes et la randonnée est très sympa ! Y aller à son rythme pour ne pas souffrir de latitude.
Les – : cela fait beaucoup de trajet (6 heures de route) pour peu de temps sur place. Les autorités péruviennes ont augmenté le prix de l’entrée au parc Huascaran en 2018 : 30 soles/personne (vs 10 soles en 2017) et elle n’est valable qu’à la journée. On doit donc repayer à chaque nouvelle excursion !

Tips :
Ne pas enchaîner un bus de nuit et une excursion en altitude ! Il faut laisser le temps à son corps de s’habituer !

Bonnes adresses :
– « crêperie Patrick » : une très bonne adresse tenue par un Français depuis 30 ans ! On peut y manger des crêpes bien sûr (mais pas des galettes au sens propre/breton du terme) mais aussi des fondues (excellentes !) et des raclettes 🙂
– « Café andino » : les jus y sont très bons et le cadre est idéal pour se poser et potasser la suite de son voyage